You are currently browsing the tag archive for the ‘huile d’olive’ tag.

Tatin de carottes au parfum de sésame

Tatin de carottes au parfum de sésame

Les tartes salées c’est un de mes pêchés mignons : c’est facile, c’est une façon de manger des légumes autrement et ça se mange aussi bien chaud que froid. Il y a les tartes salées façon béchamel, celles plutôt flan ou encore celles qui ressembleraient à des pizzas. Aujourd’hui, ce sera la version tatin que l’on peut décliner avec toutes sortes de légumes : épinards, poivrons, oignons, poireaux… Qu’est-ce qui change avec la tatin ? C’est que c’est du 100% légumes ! On n’a pas besoin de rajouter quoi que ce soit d’autre. Et la cuisson particulière garde tout leur fondant. Ici un mariage sésame/carottes mais j’aurais tout aussi bien pu allier la carotte au cumin et au coriandre.

Pour 6 personnes :
– 200 g de farine
– 3 c à s de graines de sésame
– 1/2 c à c de sel
– 4 c à s d’huile de sésame
– 14 carottes moyennes (environ 750 g)
– 2 gousses d’ail
– huile d’olive

Préparer la pâte avec la farine, le sel, les graines et l’huile de sésame, ainsi qu’un peu d’eau tiède.

Couper les carottes en rondelles et les faire cuire à la vapeur pendant 10 mn. Hacher l’ail. Faire revenir sur feu doux, dans un peu d’huile d’olive, les carottes et l’ail. Assaisonner.

Huiler légèrement un moule à tarte. Disposer les carottes en laissant un petit espace sur les côtés. Puis la pâte étalée que l’on rentrera dans le moule.

Faire cuire 40 mn à 180-200°C. Et retourner sur un plat avant de servir (au cas où certains oublieraient 😉).

Publicités
Pizza aux artichauts et à la crème de soja

Pizza aux artichauts et à la crème de soja

Ce passage assez récent (6-7 mois) au végétalisme me permet d’explorer des recettes autrement. La pizza est l’exemple même des changements culinaires qui s’opèrent dans ma cuisine. Auparavant, nous mangions une pizza hebdomadaire, faite maison, aux fromages (roquefort, chèvre, tomme de brebis), parfois parsemée de noix. C’était fondant, délicieux… riche. A Présent, je me fais plaisir avec d’autres textures, d’autres parfums et franchement, ça vaut toutes les pizzas aux fromages du monde ! Et c’est sûrement plus sain.

Pour la pâte :
– 250 g de farine T80
– 10 à 15 cl d’eau tiède
– 1 c à c de sel
– 10 g de levain
– 2 c à s d’huile d’olive

Mixer les ingrédients en terminant par l’huile d’olive quand la pâte forme déjà une boule. La laisser lever dans un endroit chaud.

Pour la garniture :
– 1/2 paquet de coeurs d’artichauts marinés aux herbes (75 g)
– 150-200 g de coulis de tomates
– 1 gros oignon doux ou 4-5 petits
– 1 c à s de câpres
– 5 cl de crème de soja
– huile d’olive

Préchauffer le four à 230°C.

Faire revenir les oignons émincés dans un peu d’huile d’olive.

Etaler la pâte et la garnir avec la purée de tomates, les oignons, les artichauts et les câpres. Enfourner pour 20 mn. 2-3 mn avant de la sortir, ajouter un peu de crème de soja.

La preuve qu’elle était délicieuse : mangée toute seule lors d’un seul repas !

Bortsch et pirojki

Bortsch et pirojki

Je crois que la seule fois où j’ai dégusté un bortsch remonte à 13-14 ans en arrière lorsqu’une volontaire biélorusse nous en avait cuisiné un sur un chantier. J’avais en tête combien elle avait mis du temps à le cuisiner mais aussi combien cela avait été délicieux. A l’époque, je n’étais pas végétarienne et sa version était celle traditionnelle à la viande. En faisant un saut chez Zoé (en passant, admirez ses bentos !), je suis tombée sur sa version végétarienne et là ce fut la révélation : j’avais envie de remanger un bortsch ! Et pour rester sur une note de l’Est, des pirojki fourrés aux pommes de terre et aux oignons, parfumés à l’aneth.

Bortsch pour 4 personnes :
– parties vertes de 3 poireaux
– 3 betteraves crues
– 5 carottes
– 1 à c de paprika
– huile d’olive
– crème de soja (facultatif)

Faire revenir dans un peu d’huile d’olive les poireaux coupés en rondelles. Ajouter les betteraves et les carottes coupées en gros dés. Recouvrir à peinde d’eau. Assaisonner (sel, poivre, paprika). Faire cuire sur feu doux pendant 40 mn. Mixer et servir avec un peu de crème de soja.

Cette soupe est très douce avec le côté sucré de la betterave mais on peut la relever avec l’assaisonnement. Et puis si vous dites à vos enfants qu’ils feront pipi rouge ensuite, ils voudront une double ration !

pour 5-6 pirojki aux pommes de terre :
– 200 g de farine
– 4 c à s d’huile d’olive
– 1 c à c de sel
– 1 oignon
– 5 pommes de terre
– 1 c à s d’aneth

Préparer la pâte avec la farine, l’huile d’olive, le sel et un peu d’eau tiède.

Faire cuire les pommes de terre à la vapeur pendant 20-25 mn. Faire revenir l’oignon émincé dans un peu d’huile d’olive.  Ajouter les pommes de terre écrasées grossièrement ainsi que l’aneth. Assaisonner.

Etaler la pâte et faire des disques avec un bol. Mettre sur une moitié un peu de la préparation aux pommes de terre. Fermer les chaussons et faire cuire 20-25 mn à 200°C.

Les pirojki se mangent autant chauds que froids. Ils peuvent être fourrés avec d’autres légumes. Zoé en a fait d’autres versions très appétissantes. En passant : pir signifie festin en russe, si c’est pas un signe ! 😉

Tartelettes aux oignons à la crème de tofu

Tartelettes aux oignons à la crème de tofu

Des tartelettes toutes simples pour allier le fondant des oignons au crémeux du soja. Parfaites en entrée ou pour accompagner une soupe de légumes. Ca change des tartes à la béchamel et ça donne d’autres perspectives pour faire des flans sans oeuf.

Pour 6 tartelettes :
– 160 g de farine
– 50 g de flocons d’avoines
– 1 c à c de sel
– 4 c à s d’huile d’olive
– 3 oignons (doux c’est meilleur)
– 125 g de tofu aux herbes
– 15 cl de crème de soja

Préparer la pâte avec la farine, les flocons d’avoine, le sel, l’huile d’olive et un peu d’eau tiède.

Emincer les oignons et les faire revenir dans un peu d’huile d’olive.

Mixer le tofu aux herbes et la crème de soja pour obtenir une texture très lisse.

Garnir les moules de pâte. Poser les oignons fondants au fond et verser par-dessus la crème. Faire cuire 20-25 mn à 220°C.

Ces tartelettes se mangent aussi bien chaudes que froides mais une fois refroidies leur surface craque un peu (comme sur la photo).

Paupiettes de chou farci à la provençale

Paupiettes de chou farci à la provençale

Le chou, quand on achète bio et local, on s’en farcit  – c’est le cas de le dire – tout l’hiver. Il faut donc ruser, renouveler les recettes. Depuis que je suis passée au végétarisme, je n’avais encore jamais fait de chou farci. Il fallait y remédier.

Pour 6-8 paupiettes :
– 1 chou vert
– 2 carottes
– 1 gousse d’ail
– 1 oignon
– 1 verre de riz
– 70 cl de coulis de tomates
– une douzaine d’olives noires
– huile d’olive

Faire blanchir les feuilles de chou. Les égoutter. Garder celles destinées pour les paupiettes et couper en fines lamelles les autres ainsi que le coeur.

Emincer l’oignon et le afire revenir dans un peu d’huile d’olive. Ajouter les carottes coupées en petits dés puis les lamelles de chou.

Faire cuire le riz. L’égoutter. Ajouter l’ail haché et les légumes cuits.

Préparer les paupiettes. Poser au centre de chaque feuille un peu du mélange riz-légumes. Rabattre les côtés pour fermer les paupiettes, les poser faces fermées sur une assiette. On peut utiliser de la ficelle de cuisine mais ce n’est pas indispensable. Faire chauffer un peu d’huile d’olive dans une cocotte en fonte. Poser les paupiettes face fermées contre le fond. Normalement votre cocotte sera remplie et elles se tiendront les unes les autres sans problème. Les faire revenir quelques minutes puis ajouter le coulis de tomates et les olives en morceaux. Laisser mijoter à feu doux pendant 15 mn.

Carottes fondantes

Carottes fondantes

Une recette tirée d’un vieux bouquin de cocotte SEB tout à fait faisable dans une cocotte en fonte. La cuisson à feu doux, plus longue, permettra de garder les vitamines. L’oignon, l’ail et le clou de girofle apportent leurs saveurs tandis que la farine et la crème la touche fondante.

Pour 4 personnes :
– 1 kg de carottes
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– 1 clou de girofle
– 1 c à s de farine
– 1 c à s de crème de soja
– 3 c à s d’huile d’olive

Emincer l’oignon et le faire revenir dans l’huile d’olive dans une cocotte en fonte. Ajouter les carottes coupées en rondelles, l’ail en morceaux et le clou de girofle. Assaisonner.  Saupoudrer de farine. Mélanger.  Couvrir et faire cuire à feu doux pendant 20 mn.

Ajouter la crème de soja et servir.

Tartare d'algues

Tartare d'algues

J’ai essayé leur recette la 1ère fois pour Noël. Accompagné de crackers finlandais, ce fut un délice. Je l’ai refaite plusieurs fois depuis car c’est devenu un petit plaisir que je me fais régulièrement.

Je suis le gros des ingrédients. Le vinaigre de riz se transforme en vinaigre de cidre. Je ne mets pas d’huile de noisettes, ni d’oignons ou de persil. La moutarde peut être autant celle aux pointes d’orties qu’une moutarde à l’ancienne. Tout dépend… mais à chaque fois : un pur délice ! Je n’ai aucune idée de s’il se conserve ou non. Ici, il ne passe pas la journée ! 🙂

Tarte flambée végétale

Tarte flambée végétale

Il y a quelques années, je faisais des séjours réguliers à Strasbourg où un de mes petits plaisirs était de me rendre dans une brasserie assez connue où l’on servait tarte flambée et bière. La recette originale n’a rien de végétarien et encore moins végétalien : crème fraîche, fromage blanc, lardons… Mais très franchement cette version végétale garde ses atouts : fine pâte à pain, oignons craquants et couverture crémeuse ! On pourrait ajouter du tofu fumé pour « remplacer » les lardons mais cela ne m’a pas semblé nécessaire : il y a déjà un apport en protéines.

Pour une tarte flambée :
– 250 g + 1 c à s de farine
– 10 g de levain en poudre
– 2 + 3 c à s d’huile d’olive
– 150 g de tofu soyeux
– 15 cl de crème de soja
– 1 + 1 1/2 c à c de sel
– 1 gros oignon doux (des Cévennes)

Préparer la pâte pain avec les 250 g de farine, le levain, 1 c à c de sel, 2 c à s d’huile d’olive et un peu d’eau tiède. Une fois levée, l’étaler sur une plaque.

Préparer la garniture. Mélanger le tofu soyeux, la crème de soja, 1 c à s de farine, 1 1/2 c à c de sel et 3 c à s d’huile d’olive. Etaler ce mélange sur la pâte. Ajouter l’oignon finement émincé et faire cuire à 230°C pendant 20-30 mn.

Velouté de pommes de terre et poireaux à la moutarde

Velouté de pommes de terre et poireaux à la moutarde

Parfois, on fait des petites expériences culinaires et on se dit « mais pourquoi n’ai-je jamais essayé plus tôt ? »… en voici une que je répèterai bientôt.

Pour 3-4 personnes :
– 750 g de pommes de terre
– partie verte de 2 poireaux (tarte, gratin ou poêlée avec le blanc)
– 1 c à c de moutarde à l’ancienne
– huile d’olive

Faire revenir dans une cocotte, dans un peu d’huile d’olive, les poireaux émincés et les pommes de terre en cube. Recouvrir d’eau. Faire cuire 30 à 40 mn à feu doux. Assaisonner. Ajouter la moutarde. Mixer.

Daube de seitan

Daube de seitan

Pas grand chose dans le frigo, un reste d’une bouteille ouverte avec une amie… cuisinons au vin un plat du terroir mais version VG !

Pour une cocotte :
– 30 cl de vin rouge
– 3 cl de Cognac
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– 1 clou de girofle
– huile d’olive
– 500 g de seitan*
– 500 g de carottes

* Pour le seitan, j’ai suivi cette recette en la divisant par 2 et en l’adaptant à mon placard : curry au lieu du garam massala, vinaigre de cidre au lieu du vinaigre de riz.

Quelques heures avant le repas, préparer une marinade avec le vin, le cognac, l’oignon et l’ail émincés, le clou de girofle et 1 c à s d’huile d’olive. Faire mariner les morceaux de seitan préparés auparavant. Ils vont prendre une couleur sang assez bluffante.

Pour la daube proprement dite, récupérer les morceaux de seitan et l’oignon (sans jeter la marinade !) et les faire revenir dans un peu d’huile d’olive. Ajouter la marinade et les carottes coupées en rondelles. Couvrir et laisser mijoter 30 à 40 mn. Très bon avec des pâtes.