You are currently browsing the tag archive for the ‘carottes’ tag.

Tatin de carottes au parfum de sésame

Tatin de carottes au parfum de sésame

Les tartes salées c’est un de mes pêchés mignons : c’est facile, c’est une façon de manger des légumes autrement et ça se mange aussi bien chaud que froid. Il y a les tartes salées façon béchamel, celles plutôt flan ou encore celles qui ressembleraient à des pizzas. Aujourd’hui, ce sera la version tatin que l’on peut décliner avec toutes sortes de légumes : épinards, poivrons, oignons, poireaux… Qu’est-ce qui change avec la tatin ? C’est que c’est du 100% légumes ! On n’a pas besoin de rajouter quoi que ce soit d’autre. Et la cuisson particulière garde tout leur fondant. Ici un mariage sésame/carottes mais j’aurais tout aussi bien pu allier la carotte au cumin et au coriandre.

Pour 6 personnes :
– 200 g de farine
– 3 c à s de graines de sésame
– 1/2 c à c de sel
– 4 c à s d’huile de sésame
– 14 carottes moyennes (environ 750 g)
– 2 gousses d’ail
– huile d’olive

Préparer la pâte avec la farine, le sel, les graines et l’huile de sésame, ainsi qu’un peu d’eau tiède.

Couper les carottes en rondelles et les faire cuire à la vapeur pendant 10 mn. Hacher l’ail. Faire revenir sur feu doux, dans un peu d’huile d’olive, les carottes et l’ail. Assaisonner.

Huiler légèrement un moule à tarte. Disposer les carottes en laissant un petit espace sur les côtés. Puis la pâte étalée que l’on rentrera dans le moule.

Faire cuire 40 mn à 180-200°C. Et retourner sur un plat avant de servir (au cas où certains oublieraient 😉).

Bortsch et pirojki

Bortsch et pirojki

Je crois que la seule fois où j’ai dégusté un bortsch remonte à 13-14 ans en arrière lorsqu’une volontaire biélorusse nous en avait cuisiné un sur un chantier. J’avais en tête combien elle avait mis du temps à le cuisiner mais aussi combien cela avait été délicieux. A l’époque, je n’étais pas végétarienne et sa version était celle traditionnelle à la viande. En faisant un saut chez Zoé (en passant, admirez ses bentos !), je suis tombée sur sa version végétarienne et là ce fut la révélation : j’avais envie de remanger un bortsch ! Et pour rester sur une note de l’Est, des pirojki fourrés aux pommes de terre et aux oignons, parfumés à l’aneth.

Bortsch pour 4 personnes :
– parties vertes de 3 poireaux
– 3 betteraves crues
– 5 carottes
– 1 à c de paprika
– huile d’olive
– crème de soja (facultatif)

Faire revenir dans un peu d’huile d’olive les poireaux coupés en rondelles. Ajouter les betteraves et les carottes coupées en gros dés. Recouvrir à peinde d’eau. Assaisonner (sel, poivre, paprika). Faire cuire sur feu doux pendant 40 mn. Mixer et servir avec un peu de crème de soja.

Cette soupe est très douce avec le côté sucré de la betterave mais on peut la relever avec l’assaisonnement. Et puis si vous dites à vos enfants qu’ils feront pipi rouge ensuite, ils voudront une double ration !

pour 5-6 pirojki aux pommes de terre :
– 200 g de farine
– 4 c à s d’huile d’olive
– 1 c à c de sel
– 1 oignon
– 5 pommes de terre
– 1 c à s d’aneth

Préparer la pâte avec la farine, l’huile d’olive, le sel et un peu d’eau tiède.

Faire cuire les pommes de terre à la vapeur pendant 20-25 mn. Faire revenir l’oignon émincé dans un peu d’huile d’olive.  Ajouter les pommes de terre écrasées grossièrement ainsi que l’aneth. Assaisonner.

Etaler la pâte et faire des disques avec un bol. Mettre sur une moitié un peu de la préparation aux pommes de terre. Fermer les chaussons et faire cuire 20-25 mn à 200°C.

Les pirojki se mangent autant chauds que froids. Ils peuvent être fourrés avec d’autres légumes. Zoé en a fait d’autres versions très appétissantes. En passant : pir signifie festin en russe, si c’est pas un signe ! 😉

Paupiettes de chou farci à la provençale

Paupiettes de chou farci à la provençale

Le chou, quand on achète bio et local, on s’en farcit  – c’est le cas de le dire – tout l’hiver. Il faut donc ruser, renouveler les recettes. Depuis que je suis passée au végétarisme, je n’avais encore jamais fait de chou farci. Il fallait y remédier.

Pour 6-8 paupiettes :
– 1 chou vert
– 2 carottes
– 1 gousse d’ail
– 1 oignon
– 1 verre de riz
– 70 cl de coulis de tomates
– une douzaine d’olives noires
– huile d’olive

Faire blanchir les feuilles de chou. Les égoutter. Garder celles destinées pour les paupiettes et couper en fines lamelles les autres ainsi que le coeur.

Emincer l’oignon et le afire revenir dans un peu d’huile d’olive. Ajouter les carottes coupées en petits dés puis les lamelles de chou.

Faire cuire le riz. L’égoutter. Ajouter l’ail haché et les légumes cuits.

Préparer les paupiettes. Poser au centre de chaque feuille un peu du mélange riz-légumes. Rabattre les côtés pour fermer les paupiettes, les poser faces fermées sur une assiette. On peut utiliser de la ficelle de cuisine mais ce n’est pas indispensable. Faire chauffer un peu d’huile d’olive dans une cocotte en fonte. Poser les paupiettes face fermées contre le fond. Normalement votre cocotte sera remplie et elles se tiendront les unes les autres sans problème. Les faire revenir quelques minutes puis ajouter le coulis de tomates et les olives en morceaux. Laisser mijoter à feu doux pendant 15 mn.

Carottes fondantes

Carottes fondantes

Une recette tirée d’un vieux bouquin de cocotte SEB tout à fait faisable dans une cocotte en fonte. La cuisson à feu doux, plus longue, permettra de garder les vitamines. L’oignon, l’ail et le clou de girofle apportent leurs saveurs tandis que la farine et la crème la touche fondante.

Pour 4 personnes :
– 1 kg de carottes
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– 1 clou de girofle
– 1 c à s de farine
– 1 c à s de crème de soja
– 3 c à s d’huile d’olive

Emincer l’oignon et le faire revenir dans l’huile d’olive dans une cocotte en fonte. Ajouter les carottes coupées en rondelles, l’ail en morceaux et le clou de girofle. Assaisonner.  Saupoudrer de farine. Mélanger.  Couvrir et faire cuire à feu doux pendant 20 mn.

Ajouter la crème de soja et servir.

Daube de seitan

Daube de seitan

Pas grand chose dans le frigo, un reste d’une bouteille ouverte avec une amie… cuisinons au vin un plat du terroir mais version VG !

Pour une cocotte :
– 30 cl de vin rouge
– 3 cl de Cognac
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– 1 clou de girofle
– huile d’olive
– 500 g de seitan*
– 500 g de carottes

* Pour le seitan, j’ai suivi cette recette en la divisant par 2 et en l’adaptant à mon placard : curry au lieu du garam massala, vinaigre de cidre au lieu du vinaigre de riz.

Quelques heures avant le repas, préparer une marinade avec le vin, le cognac, l’oignon et l’ail émincés, le clou de girofle et 1 c à s d’huile d’olive. Faire mariner les morceaux de seitan préparés auparavant. Ils vont prendre une couleur sang assez bluffante.

Pour la daube proprement dite, récupérer les morceaux de seitan et l’oignon (sans jeter la marinade !) et les faire revenir dans un peu d’huile d’olive. Ajouter la marinade et les carottes coupées en rondelles. Couvrir et laisser mijoter 30 à 40 mn. Très bon avec des pâtes.

Taboulé d'hiver

Taboulé d'hiver

Petite création sans prétention pour finir les légumes du panier AMAP de ma soeur et mon beauf… mais au final une véritable découverte culinaire. Ah, le fenouil !…

Pour 4 personnes :
– 300 g de semoule de couscous
– 1 poignée de raisins secs
– 3 c à s d’huile d’olive
– 35 cl d’eau chaude
– 1 bulbe de fenouil
– 1 gros radis
– 2 carottes
– 2 échalotes

Mélanger la graine de couscous avec les raisins secs et l’huile d’olive. Ajouter l’eau chaude et laisser gonfler.

Découper les légumes en petits dés. Les ajouter à la graine de couscous gonflée. Assaisonner.

Purée/soupe de lentilles fumées et tartinade de carottes aux parfums de sésame

Purée/soupe de lentilles fumées et tartinade de carottes aux parfums de sésame

J’avais en tête cette soupe depuis longtemps, après avoir lu cette façon d’utiliser le thé noir Lapsang Souchong en cuisine. Le mien est un Jardin de Gaïa et je ne suis pas assez connaisseuse en matière de thés pour savoir si oui ou non il est aussi bon qu’un Mariage Frères. Pour la tartinade, c’est une totale improvisation de fond de placard.

La purée/soupe de lentilles fumées :

Pour 2-3 personnes :
– 200 g de lentilles vertes
– 1/2 oignon doux des Cévennes
– 2 carottes
– 1 gousse d’ail
– 80 à 100 cl d’eau
– 2 c à c de thé noir Lapsang Souchong
– huile d’olive
– 1 c à s de sauce de soja

Faire revenir dans un peu d’huile l’oignon et l’ail émincés puis les carottes en rondelles. Ajouter les lentilles et le thé que vous aurez préparé au préalable (je l’ai laissé très lontemps infusé). Faire chauffer 30 mn à feu doux jusqu’à ce que les lentilles soient tendres. Ajouter un peu d’eau en cours de cuisson si nécessaire sinon purée comme pour moi. Mixer. Assaisonner avec la sauce soja.

Les amateurs de saucisse de Morteau ne se laisseront peut-être pas surprendre mais pour ma part, après 2 ans sans saucisse animale dans mon assiette, j’ai été bluffée par le rendu fumé de cette recette.

La tartinade de carottes aux parfums de sésame :

Pour un ramequin :
– 2 carottes
– 1/2 oignon doux des Cévennes
– 1 gousse d’ail
– 1 c à s de vinaigre de cidre
– 1 c à s d’huile de sésame
– 1 c à s de purée de sésame 1/2 complet

Râper les carottes et hacher l’ail et l’oignon. Les faire fondre dans l’huile puis les mixer en ajoutant le vinaigre de cidre et la purée de sésame.

Couscous de carottes, navets et fanes avec sa semoule aux raisins

Couscous de carottes, navets et fanes avec sa semoule aux raisins

Ma soeur m’a parlé, il y a quelques jours, d’une recette de navets mijotés. La recette était appétissante (en version végétarienne bien-sûr) mais je n’avais pas assez d’oignons (par contre des carottes) et puis je trouvais dommage de ne pas utiliser les fanes. Enfin, le mariage cumin-curry ne me semblait pas adapté.

Pour les navets, je vous conseille fortement la variété Des vertus marteau. Un délice !

Pour 3-4 personnes :
– 200 g de semoule de couscous complet
– 1 poignée de raisins secs
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– 2 carottes
– 4 navets et leurs fanes
– 1 c à c de cumin
– 1 c à c de cannelle
– 1 c à c de grains de coriandre
– 1 bouillon-cube de légumes
– 4 c à s d’huile d’olive

Faire 1 l de bouillon avec le bouillon-cube. Garder 25 cl pour la semoule.

Préparer le couscous. Emincer l’oignon et couper l’ail en dés. Retirer les tiges des fanes de navets. Couper ces derniers en quartiers et les carottes en rondelles.
Dans une cocotte, verser 2 c à s d’huile d’olive. Y faire revenir l’oignon, l’ail et les fanes. Mouiller avec 2 louches de bouillon. Ajouter les épices, les navets et les carottes. Verser le reste de bouillon et laisser mijoter sur feu doux pendant 30 mn.

Avant de servir, préparer la semoule. Mélanger la graine avec les raisins secs et 2 c à s d’huile d’olive. Assaisonner. Recouvrir de 25 cl de bouillon chaud et laisser gonfler.

Ce plat peut être complet en ajoutant des pois-chiches aux légumes mais j’y ai pensé trop tard et je n’avais que des secs. Dans ce cas, les faire cuire à part (car cuisson plus longue) pendant 20 mn puis les ajouter aux légumes au début de la cuisson.

Sopa de castanha

Sopa de castanha

La soupe à la châtaigne, je la connaissais en version séchées (secadous) agrémentées de lait. Mais ayant des châtaignes fraîches, j’avais envie d’autre chose. La châtaigne a longtemps été un aliment important par ici (et dans d’autres régions de France). Riche en glucides, elle remplaçait le pain.

Pour 4 personnes :
– 200 g de châtaignes pelées
– 200 g de chou romanesco
– 5 carottes coupées en rondelles
– 1,2 l d’eau

Pour peler les châtaignes, les mettre dans de l’eau bouillante (généralement les véreuses remontent à la surface) pendant 15 mn. Egoutter, laisser refroidir. Peler les deux couches. C’est une opération un peu longue.

Pour la soupe proprement dite, mettre les châtaignes, le chou et les carottes coupées en rondelles dans une cocotte. Recouvrir d’eau. Laisser cuire 30 mn à feu doux. Enlever quelques légumes pour avoir quelques morceaux. Mixer le reste et ajouter ceux entiers.

J’ai rectifié mes proportions d’eau car ma soupe était un peu liquide. Ceci dit, c’était impeccable pour la boire au bol à la fin du repas. 🙂
Et non, pa’, je n’ai pas fait chabro. 😉

Nems végétariens

Nems végétariens et sauce exotique

Les nems… c’est le genre de plats que beaucoup de personnes aiment mais n’osent pas cuisiner elles-mêmes de peur que cela soit trop long ! Et pourtant, en 2-3 mouvements c’est prêt !

Personnellement, au prix des nems végétariens bio, je n’hésite pas une seconde.

Pour 15 nems :
– 15 galettes de riz
– 50 g de petites protéines de soja texturées
– 2 carottes
– 125 g de champignons de Paris
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– 1/2 c à c de mélange 5 parfums (fenouil, girofle, poivre, cannelle, anis)
– 1/2 c à c de gingembre
– 1 c à s de sauce soja
– huile de sésame pour cuisson

Réhydrater les protéines de soja texturées dans de l’eau.

Couper les carottes en bâtonnets , les champignons et les oignons en lamelles. Hacher l’ail.

Egoutter les protéines de soja.

Faire revenir les oignons dans 1 c à s d’huile de sésame. Ajouter les protéines de soja, les bâtonnets de carottes, les champignons. Quand les carottes sont presque tendres, ajouter l’ail haché, la sauce soja, les épices. Faire revenir encore 1 à 2 mn puis laisser refroidir

Préparer l’espace de travail : un torchon propre devant soi à plat, un grand plat avec de l’eau chaude (et 1 c à s de vinaigre de cidre pour donner du goût). Tremper une galette de riz. Quand elle est ramollie, l’étendre sur le torchon puis mettre un tas du mélange protéines de soja-légumes. Plier comme indiqué sur le paquet (les côtés puis la moitié du bas et enfin on roule). Répéter avec chaque galette jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de mélange. Le meiux est de faire tremper une galette pendant qu’on forme un nem.

Quand les nems sont roulés, faire chauffer un peu d’huile de sésame dans une poêle et faire revenir les nems sur toutes leurs faces jusqu’à ce que cela fasse des bulles.

Pour accompagner, j’ai choisi une recette de sauce de Valérie Cupillard dans son livre Sauces végétariennes, aux éditions La Plage (les fameux à 5 €) : la sauce exotique aux cacahuètes. Elle est parfaite avec des nems (normal, elle la classe dans la partie « sauces pour nems »…).

Pour un bol de sauce :
– 2 c à s de purée de cacahuètes
– 1 c à s de sauce tomates
– 5 c à s d’eau tiède
– sel (j’ai remplacé par 1 c à s de sauce soja)
– poivre ou piment (Tabasco pour moi)