You are currently browsing the tag archive for the ‘cannelle’ tag.

Curry de seitan

Curry de seitan

Bon, il y a sûrement autant de façon de faire un curry que de régions en Inde… en voici une que j’aime beaucoup pour son côté acidulé et bien pratique quand je n’ai pas de crème de coco.

Pour 3-4 personnes :
– 350 g de seitan
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– 1 c à c de curry
– 1 cà c de gingembre (frais c’est mieux)
– 1/2 c à c de cannelle
– jus d’1/2 citron
– huile d’olive

Faire revenir le seitan coupé en lamelles dans un peu d’huile d’olive pour le faire dorer. Mettre de côté.

Emincer l’oignon et le faire revenir dans un peu d’huile d’olive. Ajouter l’ail haché, le curry, le gingembre et la cannelle. Ajouter le seitan et le jus de citron.

Très bon avec du riz !

Speculoos

Speculoos

La recette que j’ai veganisée est de Christophe Felder, Glaces et desserts glacés.

Pour une vingtaine de biscuits :
– 100 g de margarine
– 70 g de rapadura
– 1 c à s d’arrow-root
– 3 c à s de lait de soja
– 200 g de farine
– 5 g de poudre à lever
– 10 g de cannelle
– 1 pincée de fleur de sel

Mélanger l’ensemble des ingrédients. Poser la boule obtenue sur une feuille de cuisson, la recouvrir avec une 2nde feuille afin de pouvoir l’étaler sur 3 mm. Cela évite au rouleau d’avoir plein de pâte collée. Oublier au frais.

Préchauffer le four à 180°C. Découper des formes. Faire cuire 15 à 20 mn.

Le sel relève la saveur de la cannelle, c’est divin.

Proust les aurait aimées tout de même...

Proust les aurait aimées tout de même...

… mes petites « madeleines » qui n’en ont que la forme. Ah… faire des biscuits aux oeufs sans oeufs…

Ceci dit, ce sont des biscuits très bons malgré tout. Et puis, ils partaient dès le départ dans une autre direction que la madeleine traditionnelle car parfumés à la cannelle (j’avais trouvé l’idée il y a longtemps sur Internet mais je ne me souviens plus où).

Pour une douzaine de petits biscuits que l’on moule dans ce que l’on veut (cannelés, madeleines, savarins…) :
– 120 g de farine
– 100 g de margarine
– 2 c à s d’arrow-root
– 30 g de sirop d’agave
– 40 g de rapadura
– 1 c à c de poudre à lever
– 1 pincée de cannelle
– 1 pincée de sel

Faire fondre la margarine avec le sirop d’agave.

Mélanger l’arrow-root, le sel, la cannelle, le rapadura, la farine et la poudre à lever. Ajouter le mélange margarine-sirop d’agave.

Préchauffer le four à 230 °C. Remplir les alvéoles de pâte. Faire cuire 8 mn. puis baisser la température à 180°C et continuer pendant 5 mn la cuisson.

Allez, une petite madeleine…
Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse: ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie? Je sentais qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu’elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D’où venait-elle? Que signifiait-elle? Où l’appréhender?